L’avenir de vos Activités Sociales se joue maintenant

Chers (es) Bénéficiaires,

L’avenir de vos Activités Sociales se joue maintenant. Il y a quelques mois je vous informais de la signature d’un accord CFE/CGC, UNSA et CFDT concernant les moyens « dit bénévoles ». Je vous alertais sur son contenu néfaste et dévastateur sur ce bien commun que sont vos Activités Sociales.

Cet accord devait entrer en vigueur au 1er Janvier 2019. Les 7 CMCAS d’Ile de France gérées par la CGT se sont opposées à sa mise en place, qui de fait diminue de deux tiers les moyens existants.

Pour la Seine et Marne, cela correspond :
 
  • Passage de 14 temps pleins pour les détachés Slvie à 4,5 temps pleins.
  • Suppression des temps de détachements pour les membres de bureau de SLVie.
  • Suppression de temps pour les commissions (Art et loisirs, santé-solidarité, jeunes  Agents, Sport, Jeunesse, Appel d’offre).
  • Passage de 10 jours par an/Elu à 2 jours, suppression du temps pour les agents participant à l’organisation et la réalisation de vos activités tels que, la fête de la CMCAS ou le repas des pensionnés.
  • Passage de 24 jours à 12 jours pour les administratrices et administrateurs.
Même le loyer et les charges d’occupation de locaux sont réévalués au prix du marché, diminuant ainsi l’argent disponible pour les activités.

Les CMCAS CGT d’IDF ont rencontré le SGE* des IEG pour faire valoir et exiger la prise en compte des spécificités de notre région, qui entre autre représente 25% de l’ensemble des bénéficiaires. Le délai supplémentaire d’application de l’accord au 27 mai nous laissait entendre des assouplissements possibles de l’accord.

Et voilà que le 23 mai, les employeurs nous informent de l’arrêt de tout détachement à compter du 27 mai.

Leur argument : ne pas avoir respecté une des dispositions de l’accord, à savoir : « le Président de la CMCAS doit désigner les noms des personnes ayant du temps alloué sur les différents mandats », notamment le nom des quatre correspondants restants sur la Seine et Marne. Comment un président de la CMCAS peut  se ranger à une disposition aussi anti démocratique qui ne respecte pas l’expression des premiers concernés, c’est-à-dire vous.

Pour rappel : Chaque organisation syndicale propose une liste de candidat.e.s qui seront élus pour constituer le bureau de SLVie au sein duquel sera désigné.e le ou la correspondante.

Ce virage à 90°, ou plutôt cette volte-face des employeurs d’Ile de France doit être combattue par tous. Sans cela, c’est la fin pure et simple des activités de proximité, du lien social et intergénérationnel et le retour à un Comité d’Entreprise ordinaire.

Bien sûr, nous avons toutes et tous des griefs, envers notre CCAS ou notre CMCAS. Mais aujourd’hui, là n’est pas la question. « Quand les blés sont sous la grêle, fou qui fait le délicat » écrivait le poète Aragon.
 
Les moyens bénévoles attribués par les employeurs et conquis par des générations d’agents ont un sens : faciliter l’expression de tous, l’engagement d’agents actifs et inactifs, militantes et militants sociaux, au service de leurs collègues.

Supprimer ces moyens bénévoles au seul titre de la diminution du coût du travail, c’est amoindrir l’expression pluraliste, la décision démocratique, le fonctionnement partagé, ce principe du Par et du Pour les bénéficiaires.

Plus d’assemblée générale de SLVie et de CMCAS, plus de remontées positives ou négatives et pas de respect de vos voix.

Cette suppression de moyens bénévoles au profit de qui ? Quel gain pour les agents ? AUCUN… Si les employeurs veulent gagner en efficacité, vous comme nous, nous avons des propositions. Repenser les organisations de travail, revenir à des entreprises intégrées, internaliser des activités prestées, valoriser le travail.

Nous sommes tous responsables, nous, élus pour la confiance accordée par les bénéficiaires et Vous parce que c’est votre bien, notre copropriété sociale à tous.

La position des élus de votre Conseil d’Administration est claire, nous souhaitons et revendiquons un « avenant » prenant en compte nos spécificités.  Ni l’accord en état ni la situation actuelle en l’état.  Mais cet « avenant » ne pourra voir le jour que si vous vous engagez à nos côtés pour sauver votre salaire socialisé.

Les Activités Sociales vous appartiennent, défendez votre bien commun, hier et aujourd’hui, sans vous, elles n’existeraient pas. Demain, sans vous elles n’existeront plus.
 










*SGE des IEG : Secrétariat des Groupements des Employeurs des Industries Electriques et Gazières.